Profession du père
EAN13 : 9782246857136
ISBN :978-2-246-85713-6
Éditeur :Grasset
Date Parution :
Collection :Littérature Française
Nombre de pages :320
Dimensions : 21 x 14 x 2 cm
Poids : 324 g
Langue : français

Profession du père

De

Emile subit les lubies et les mauvais traitements de son père, qui s'imagine un jour parachutiste, un autre pasteur ou agent secret américain, devant sa mère indifférente. Une nuit, alors qu'Emile a 13 ans, son père se réveille rebelle chargé de tuer le Général de Gaulle. Il enrôle Emile dans son organisation secrète.

« Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.
Je n’avais pas le choix.
C’était un ordre.
J’étais fier.
Mais j’avais peur aussi…
À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. »

----------------------
Prix du Style 2015

Sorj Chalandon (Auteur) a également contribué aux livres...

Une joie féroce

Une joie féroce

Sorj Chalandon

Grasset

En stock, expédié demain 20,90 €
Une joie féroce

Une joie féroce

Sorj Chalandon

Grasset

Indisponible sur notre site
EbookRetour à Killybegs

Retour à Killybegs

Sorj Chalandon

Rue De Sèvres

Indisponible sur notre site
Retour à Killybegs

Retour à Killybegs

Sorj Chalandon

Rue De Sèvres

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 20,00 €
Le jour d'avant

Le jour d'avant

Sorj Chalandon

Le Livre De Poche

En stock, expédié demain 7,90 €
Profession du père

Profession du père

Sébastien Gnaedig, Sorj Chalandon

Futuropolis

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 26,00 €
En savoir plus sur Sorj Chalandon

5 Commentaires 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

famille, folie

3 étoiles

Par .

Oui, ce roman raconte la folie du père. Mais le personnage qui m’a la plus intéressé, c’est le seul personnage féminin du roman : la mère.

Elle n’est jamais loin, toujours inquiète et pourtant silencieuse. Mise à l’écart par le père, elle sait pourtant tout ce qui se passe dans la maison.

A-t-elle réellement conscience de la folie de son mari ? Jusqu’où est-elle prête à aller pour le couvrir et le dédouaner ? Son dernier geste, celui qui clôt le roman, lui donne finalement le mot de la fin.

Un personnage qui m’a dérangé, vraiment.

Quant au reste du roman, je l’ai trouvé trop journalistique, mais c’est le reproche que je fais habituellement à l’auteur : des faits, encore des faits, des descriptions de faits, un brin d’humour, rarement. Et puis c’est tout. Un peu court tout de même.

J’ai toutefois aimé la phrase du père qu’il aime répéter : "Dans une cellule, il y a un mur de trop" , sans doute le quatrième ?…..

L’image que je retiendrai :

Celle de la mère dormant sur le palier après être allée écouter Les Compagnons de la Chanson, ce que son mari refusait qu’elle fasse.

http://alexmotamots.wordpress.com/2016/01/24/profession-du-pere-sorj-chalandon

4 étoiles

Par .

"Quand mon père me battait il criait en anglais...", ainsi commence l'un des précédents romans de Sorj Chalandon, Retour à Killybegs. Lors de la remise du Prix France Télévision, en 2011 qu'il n'avait pas remporté d'ailleurs (la lauréate était Delphine de Vigan), il était resté parler avec les lecteurs-jurés et m'avait dit que cette première phrase de ce roman était réelle sauf sur un point, son père parlait alors en allemand. Profession du père est la continuité de cette phrase, Sorj Chalandon est sans doute à peine caché sous Émile Choulans, d'après ce que j'ai pu lire sur ce roman depuis qu'il est sorti. C'est un roman bouleversant sur les rapports père-fils totalement dénaturés par la maladie et la violence. Émile n'a de cesse de vouloir faire plaisir à ce père violent qui ne le complimente jamais, au contraire, il le rabaisse systématiquement, le frappe, le punit brutalement. Il croit à ses histoires d'espionnage, d'OAS et de CIA. Même lorsque le fils fait quelque chose de bien une explication du père met fin à sa joie, comme cette fois où par son dessin, Émile a gagné deux places de cinéma : "Ma mère a applaudi. Mon père a souri. Pendant la guerre, il avait sauvé la vie de monsieur Bertholon, le directeur du cinéma. Pendant que je dessinais, il était passé le voir pour lui souffler mon nom. Voilà pourquoi nous avions gagné. Mon père était ravi." (p.178)

Comme à son habitude, Sorj Chalandon, écrit un roman fort et accessible bien que dur. Même si je me dois de dire que je l'ai parfois trouvé trop long, un peu voyeur, mais peut-être est-ce parce que j'en attendais trop, venant de cet écrivain que j'aime beaucoup. Son héros est un jeune homme, mais le langage adopté n'est pas bêtifiant, ce qui est souvent le cas avec des héros-ados. On endure avec Émile, on le soutient puisque même sa mère a du mal à le faire, c'est une femme passive qui tente de le protéger et évitant les coups et les insultes. On se demande jusqu'où il pourra aller pour s'attirer si ce n'est l'amour au moins une marque d'affection et de tendresse de son père. Difficile de se construire après une enfance comme celle-ci, Gérard Garouste en parle dans L'intranquille, son autobiographie d'une manière forte également. Sorj Chalandon aborde ce thème sous forme de roman, une manière différente et tout aussi marquante d'écrire sur les violences paternelles et sur la difficulté qu'a un enfant à sortir du cercle familial malgré les coups et les insultes. On se demande toujours pourquoi les femmes battues restent avec les hommes qui les frappent, mais les enfants devenus grands pourraient aussi partir. Mais l'amour, la demande de reconnaissance, le désir d'obtenir enfin des compliments, des remarques positives est sans doute encore plus fort. Quasiment jusqu'au bout, ces enfants brimés espèreront un geste, un mot du père. C'était déjà vrai dans L'intranquille dont je parlais plus haut. Ça l'est aussi dans Je n'ai jamais eu de petite robe noire de Roselyne Madelénat.

Un beau roman, touchant et fort sur l'enfance lorsqu'elle ne se déroule pas comme elle devrait.

Profession du pere

4 étoiles

Par . (Vauban)

Parachutiste, footballer, agent secret... Mais qui est donc réellement ce père qu' Emile adore?
Entrez dans une vie de famille peu commune...

Mon père ce anti-héros

5 étoiles

Par .

Profession du père, Sorj Chalandon Mon père ce anti-héros A l’école, au collège, dans la case « profession du père », Emile ne sait pas quoi écrire. Il n’est ni ouvrier, ni employé, ni carrossier, ni restaurateur ou boulanger. Et s’il raconte à son fils qu’il a été pasteur pentecôtiste, soldat, parachutiste, professeur de judo ou encore footballeur professionnel, il se définit désormais comme « agent secret ». En effet, le jeune garçon n’a pas un père comme les autres. C’est un homme qui le réveille au milieu de la nuit pour faire des pompes et porter des haltères, alors qu’il est asthmatique. Il veut l’entraîner à résister. Après le putsch, il ne supporte plus de Gaulle et vote pour l’Algérie française. Pourtant, avant, il appréciait le général, prétendant même avoir été son meilleur conseiller... Bientôt, il fait de son propre fils, de treize ans seulement, un petit soldat,

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

5 étoiles

Par .

Le père a été chanteur (il a bien connu les Compagnons de la Chanson), footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur dans une mission évangélique, mais aussi et surtout conseiller personnel du Général de Gaulle, « Un ami ».. Nous sommes au début des années 60 et le Général vient de revenir au pouvoir…l’Algérie…. Le père annonce qu’il a été trahi, son meilleur ami est devenu son pire ennemi. Il faut tuer le Général : il demande alors à son fils (13 ans) de l’aider. Avait-il le choix ? c’était un ordre (le fils en était un peu fier tout en ayant peur…) Et la mère dans tout cela ? un livre fort, dur parfois qui tient en haleine du début à la fin.