La petite femelle
EAN13 : 9782757860403
ISBN :978-2-7578-6040-3
Éditeur :Points
Date Parution :
Collection :POINTS (4423)
Nombre de pages :744
Dimensions : 17 x 10 x 3 cm
Poids : 382 g

La petite femelle

De

Vendu par Librairie Arcanes (Châteauroux 36000)

9.10€
UNIVERS SEUIL (602)

Philippe Jaenada (Auteur) a également contribué aux livres...

Image manquante

Une nuit à Manosque

Alice Zeniter, Olivia Rosenthal, Sylvain Prudhomme, Véronique Ovaldé, Gaëlle Obiégly, Robert Mac Liam Wilson, Nathalie Kuperman, Maylis De Kerangal, Philippe Jaenada, René Frégni, Pierre Ducrozet, Virginie Despentes, Patrick Deville, Julien Delmaire, M...

Gallimard

Précommande, réservé ou expédié chez vous le 06/09/2018 19,00 €
La Serpe , Prix Fémina 2017

La Serpe , Prix Fémina 2017

Philippe Jaenada

Julliard

En stock, expédié aujourd'hui 23,00 €
La Petite femelle

La Petite femelle

Philippe Jaenada

Julliard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 23,00 €
Sulak / roman

Sulak / roman

Philippe Jaenada

Points

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,30 €
Sulak

Sulak

Philippe Jaenada

Julliard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
En savoir plus sur Philippe Jaenada

1 Commentaire 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

fait divers, féminisme

4 étoiles

Par .

Après la lecture de Je vous écris dans le noir de Jean-Luc SEIGLE, je voulais lire la « version » de Jaenada sur Pauline Dubuisson.

Je vous passe le style Jaenada fait de parenthèses et de digressions autour du sujet (dont, encore une fois, je ne retiendrai pas grand chose, mais qui me font me sentir moins bête en le lisant).

Encore une fois, Pauline m’a émue. Si j’ai eu l’impression de lire sur la vie d’une femme avec J-L Seigle, j’ai eu l’impression, avec ce roman, de lire la vie d’une éternelle jeune fille. L’auteur insiste sur son adolescence désastreuse à Dunkerque sous occupation allemande, son père la poussant dans les bras des hauts gradés pour ses affaires, elle la jolie fille voulant faire plaisir à son papa.

J’ai eu plus de mal à comprendre la jeune fille amoureuse de Felix et qui ne s’en aperçoit que trop tard.

Ses drames : avoir été élevé comme un garçon et prétendre à le rester ; le qu’en-dira-t-on des biens pensants , son intelligence.

Et ils m’ont dérangés ses qu’en-dira-t-on jusque pendant le procès, un comble !

Et puis l’auteur dévoile tout avant le procès : qui dira quoi et si c’est conforme aux faits. Dommage, il n’y a plus de suspens.

Je me suis rappelé que dans le roman suivant de l’auteur, La Serpe, P. Jaenada mentionne que la tombe de Pauline a été retrouvée récemment dans le petit cimetière d’Essaouira.

L’image que je retiendrai :

Celle d’une femme coquette droite dans ses bottes qui aimait soigner les enfants, et que les enfants aimaient.

Une citation qui résume le livre :

« On ne supporte pas qu’elle ne reste pas à sa place de femme : en dessous, passive. » (p.395)