La femme qui décida de passer une année au lit
EAN13 : 9782264061652
ISBN :978-2-264-06165-2
Éditeur :10-18
Date Parution :
Collection :Littérature Étrangère (4790)
Nombre de pages :456
Dimensions : 17 x 11 x 2 cm
Poids : 293 g

La femme qui décida de passer une année au lit

Depuis dix-sept ans, Eva voit sa vie lui échapper dans son quotidien effréné de mère et de ménagère. Jusqu'au jour où elle se met au lit… et décide d'y rester ! Mais la rumeur se répand et bientôt une foule d'admirateurs se presse à son chevet. Burn-out ou grève féministe, Eva trouvera-t-elle, dans ce geste inouï, un sens à sa vie ? La papesse de la comédie satirique british épingle les absurdités de la vie moderne dans une fable, aussi sombre que follement drôle.

« God save les romancières britanniques, elles sont irrésistibles. »
Elle

Traduit de l'anglais
par Fabienne Duvigneau

1 Commentaire 3 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

3 étoiles

Par .

Brian, son mari, Brianne et Brian Junior, ses jumeaux, les trois B qui depuis dix-sept sont le centre de la vie d'Eva. Dix-sept ans qu'elle les nourrit, qu'elle lave leur linge, qu'elle répond au moindre de leur besoin, toujours attentive, aux petits soins, parfaite épouse, mère dévouée, femme d'intérieur accomplie. Et en échange, a-t-elle obtenu amour, respect, gratitude ? Non, Eva est considérée par les siens comme un dû, nécessaire mais invisible. Brian la trompe et les jumeaux, surdoués et asociaux, vivent dans leur propre monde. Alors Eva organise sa propre rébellion. Délaissant la maison mise à sac par les trois B, elle regagne sa chambre, s'allonge sur son lit et décide de ne plus le quitter. Brian s'inquiète, se plaint, s'énerve. Sa mère et sa belle-mère pensent à une dépression, puis l'accusent de faignantise. Et Eva reste au lit. Sa chambre devient le lieu blanc et épuré qui la protège de la noirceur du monde; le monde qui a vent de l'histoire et s'en empare, faisant d'Eva une conseillère, une sainte.

Un livre cocasse, à l'humour parfois absurde, en tout cas rocambolesque. Mais cette drôlerie typiquement anglaise n'est pas seulement la comédie légère qu'on pourrait croire. C'est aussi une réflexion sur la place que l'on tient dans le monde, sur la façon dont on se conforme aux désirs des autres en oubliant ce que l'on est vraiment. Et surtout, c'est un plaidoyer pour toutes les femmes, celles qui œuvrent à la bonne tenue de leur foyer, qui lavent, essuient, repassent, cuisinent et dont le travail, jamais reconnu, ne devient visible que lorsqu'elle cesse de le faire. Les hommes n'en sortent pas grandi, Brian étant un personnage particulièrement désagréable qui trompe sa femme sans imaginer la quitter, qui se laisse séduire par une amie de ses jumeaux, et qui, rechigne à aider Eva quand elle le sollicite. Dépassé certes, mais surtout égoïste et aveugle aux besoins de sa femme...
Une galerie de personnages loufoques, une bonne dose d'humour et un message aux femmes trop dévouées pour un roman qui donne le sourire mais s'égare parfois vers un grand ''n'importe quoi''. Plaisante, cynique, drôle, une lecture sympathique si l'on n'a pas peur de se frotter à un humour anglais excessivement absurde.