La terre est si lumineuse, Chagall et la céramique
EAN13
9782070785063
ISBN
978-2-07-078506-3
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Livres d'Art
Nombre de pages
184
Dimensions
29 x 23 x 2 cm
Poids
1380 g
Langue
français
Code dewey
738.092
Fiches UNIMARC
S'identifier

La terre est si lumineuse

Chagall et la céramique

De , , ,

Gallimard

Livres d'Art

Indisponible
La diversité des modes d'expression est une permanence chez Chagall. En 1921, à Moscou, il s'adonne aux arts de la scène pour le Théâtre juif. Plus tard, à Berlin, il utilise la technique des eaux-fortes, puis aux États-Unis, celle de la lithographie. Lorsqu'il va s'employer à la céramique, ce domaine est depuis longtemps réhabilité aux yeux du monde artistique. Après la Seconde Guerre mondiale, Pierre Matisse a exposé à New York les pièces réalisées par Miró et Artigas, qui seront ensuite montrées à Paris par Aimé Maeght en 1948. Tout porte à croire que Chagall a vu ces pièces. Quand il arrive dans le Midi en 1949, Braque travaille avec Artigas, Picasso est à Vallauris, Matisse travaille aussi avec le couple Ramié. Chagall s'installe à Antibes,dans l'atelier «La poterie des remparts». Il réalisera plus de 220 pièces entre 1949 et 1972. Toutes les pièces sont uniques : contrairement à Picasso, Chagall refusera le principe de l'édition. Les premières productions s'adaptent aux formes traditionnelles de la céramique destinée à la cuisine (assiettes, plats, pichets, etc.). Très vite, Chagall tire parti des formes, mais aussi des cuissons pour obtenir le velouté des couleurs, jouant de la lumière et de la profondeur grâce à l'alternance des vernis mats et brillants. Les possibilités de la matière elles-mêmes sont exploitées. En 1951 il profite de l'aspect grenu et poreux de la terre chamottée pour donner une intensité dramatique ou une nouvelle sensualité aux sujets. Puis il travaille le volume et obtient une complexité formelle de plus en plus grande. Les vases deviennent de purs volumes plastiques, atteignant ainsi le statut d'objets autonomes. Les séries réalisées à partir de 1950, comme «Les Fables de La Fontaine» ou les ensembles bibliques, sont parallèles aux œuvres réalisées en peinture et en lithographie sur les mêmes thèmes. À la même époque, il dirige aussi sa recherche vers la céramique murale. Publié à l'occasion de l'exposition qui se tient successivement au musée Magnelli de Vallauris, au musée La Piscine de Roubaix et au musée d'art moderne de Céret, cet ouvrage met en évidence les transpositions réalisées par Chagall entre le dessin, la gravure, la peinture et la céramique, techniques également traversées par toutes les grandes thématiques abordées par l'artiste comme les couples amoureux, la Bible,la mythologie ou le cirque.
Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition présentée à Vallauris, au musée Magnelli, musée de la Céramique (30 juin au 30 septembre 2007), à Roubaix, à La Piscine, musée d'art et d'industrie André Diligent (19 octobre 2007 au 20 janvier 2008), à Céret, au musée d'Art moderne (16 février au 25 mai 2008).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Vallauris
Plus d'informations sur Musée d'art moderne