Le gardien de nos frères

Ariane Bois

Belfond

  • par
    23 mars 2016

    Je précise que ce livre m'a été envoyé comme ça au hasard, et le hasard fait parfois mal les choses. L'écriture se veut un rien lyrique, elle ne fait qu'enchaîner les platitudes : "Simon erre dans un pays blanc, ondoyant, une mer sans son ni lumière... Il flotte en âme libre dans un brouillard cotonneux." (p.27), style lourd et alambiqué. C'est lent, long, très long, page 30, j'ai l'impression d'en avoir lu 100, alors imaginez après 100 pages... et même 384 pages si l'on parvient à la dernière de ce roman...


  • 31 janvier 2016

    Seuls au monde

    A la fin de la deuxième guerre, lorsque que la joie a laissé à la place à l’horreur et que l’on a découvert l’ampleur des massacres, lorsque plus personne n’est arrivé au Lutetia et que l’on a compté les morts, il s’est joué une autre forme de drame: les enfants juifs restés seuls au monde avaient été recueillis par des institutions, des écoles, des couvents, des familles. Ils avaient aussi parfois été baptisés, parce que ce sacrement constituait une protection pour eux, mais pas seulement. Ces orphelins, devenus pupilles de la nation, furent placés chez des gens qui devenaient leurs tuteurs et avaient désormais la priorité sur d’éventuels membres de la famille (frère et sœurs, oncles et tantes) ayant survécu. Si certaines de ces personnes s’étaient véritablement attachées à ces enfants comme s’il s’agissait des leurs, d’autres avaient saisi l’occasion d’une main d’œuvre bon marché, ou avaient cédé à la tentation de convertir ces petits juifs en petits catholiques.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    18 janvier 2016

    Emouvant, captivant

    Une écriture claire, précise, un récit troublant, bouleversant.
    C'est la fin de la guerre (1944) mais tout n'est pas réglé, loin de là. Gestapo, traque des juifs, maquis, déportations. Beaucoup d'enfants se retrouvent sans parents. Simon a ainsi perdu la trace de son petit frère, Elie. Il qui l'a s'engage dans un groupe, les Dépisteurs, pour le localiser...
    Roman-document, émouvant et captivant !


  • par (Libraire)
    14 janvier 2016

    Avec le Gardien de nos frères, on découvre un pan méconnu de la seconde guerre mondiale : que sont devenus, après le conflit, les enfants juifs cachés pendant la guerre?
    Avec Simon et Léa, deux jeunes rescapés, on part à leur rencontre, entre joie de retrouver un proche et nouveau déracinement. Cette quête sera aussi, pour ces deux adolescents traumatisés, une tentative pour se reconstruire.
    Marianne