• 11 septembre 2018

    Bande dessinée

    Cette bande dessinée est basée sur une nouvelle de Tolstoï.

    Sur son lopin de terre de Sibérie, le paysan Pacôme vit avec sa femme et son fils. Il n’est pas riche mais il subvient aux besoins de sa famille.

    Cependant, Pacôme se sent à l’étroit. « Si seulement j’avais plus de terres, soupire-t-il en regardant par-delà la clôture, je pourrais être tout à fait heureux. »

    Un appétit, tant pour les terres que pour ce qu’elles rapportent, qui va aller grandissant…

    J’ai aimé l’humour dans cet album : les paysans qui ont mal aux fesses depuis l’arrivée du contre-maître sur le domaine.

    J’ai aimé le dessin et les couleurs qui rendent si bien la sensation d’hiver.

    Et quelle fin…

    https://alexmotamots.fr/ce-quil-faut-de-terre-a-lhomme-martin-veyron/


  • par
    22 février 2016

    Cette nouvelle bande dessinée de Martin Veyron est l'adaptation d'une nouvelle de Léon Tolstoï, dans laquelle le héros se prénomme Pakhomm, écrite en 1886. C'est une histoire d'humains, de relations entre eux. La vie du village est plutôt paisible, les paysans s'entraident pour les gros travaux, notamment les moissons. Il n'est nul question de rapport de hiérarchie entre eux, chacun donne un peu de son temps pour aider son voisin et tout le monde vit en harmonie et se contente de ce qu'il a. Puis vient l'héritier qui n'entend pas laisser ses terres utilisées sans en tirer profit, puis la violence du contremaitre. Dès lors, rien ne sera plus comme avant. L'attrait du profit, d'une vie meilleure et de plus de bien, l'agrandissement de l'exploitation et donc l'embauche d'ouvriers agricoles... le cercle infernal du capitalisme et de nos sociétés occidentales. Très en avance sur son époque, Tolstoï décrit là ce qui adviendra de l'agriculture post-seconde guerre mondiale et plus globalement de la société de consommation.

    Une belle histoire très bien mise en dessins pas Martin Veyron. Les paysages varient en fonction de la saison, en Sibérie, l'hiver rend tout blanc, mais les autres saisons sont plus jaunes (les blés), vertes (les champs) et bleues (le ciel). Les personnages sont nombreux et très reconnaissables, et si l'histoire n'est pas franchement drôle, certains facétieux font sourire par leurs réparties.

    Un ouvrage bienvenu en ces temps d'individualisme forcené. Il prône l'entraide, les relations humaines plutôt que le repli sur soi, l'enrichissement et la hiérarchie sociale. Martin Veyron a le bon goût de ne pas trop appuyer le trait, de mettre un peu d'humour et le message passe ainsi de manière joyeuse et évidente. Un beau travail mis en couleurs par Charles Veyron. A lire et faire lire même aux enfants, à partir d'une dizaine d'années.


  • par (Libraire)
    29 janvier 2016

    Le coup de cœur du moment : Ce qu'il faut de terre à l'homme.

    Martin Veyron nous offre une fable inspirée par une nouvelle de Tolstoï.

    Pacôme est un paysan vivant avec sa famille en Sibérie. Comme beaucoup d'autres paysans de son village, il utilise une partie des terres appartenant à "La Barynia" (l'épouse su seigneur local)..
    La situation va changer lorsque le fils de La Barynia décide de nommer un intendant pour protéger les terres de sa famille.

    Pacôme n'aura alors qu'une seule obsession : obtenir toujours plus de terre.

    Une histoire intemporelle, joliment dessinée à dévorer d'urgence.