Petit Piment

Alain Mabanckou

Seuil

  • 23 août 2016

    Afrique, enfance

    L’auteur est un conteur, il nous entraîne dans son histoire faite de chapitres relatant quelques épisodes marquants de la vie de Petit piment.

    C’est Petit piment qui nous narre son histoire depuis l’orphelinat jusqu’à sa dernière habitation.

    Tout le long de sa vie, le maire de la ville de Pointe-Noire met des bâtons dans les roues du narrateur : chaque fois que celui-ci trouve une famille, le maire lance une campagne pour les chasser de la ville.

    Ainsi, nous découvrons le fonctionnement de cette ville et de ce pays sous un joug dictatorial.

    Tout, dans ce pays, semble basé sur le mensonge.

    Dans ce contexte, quel enfant privé d’un entourage familial ne serait pas devenu fou…

    L’image que je retiendrai :

    Celle de son camarade attendant qu’un avion se pose dans la cour pour venir le chercher.


  • par
    13 octobre 2015

    J'aime bien Alain Mabanckou, il est même l'un des quelques écrivains pour qui je regarde La Grande Librairie lorsqu'il y est invité, autrement je fuis cette émission qui invite toujours les mêmes à part les numéros spéciaux avec lecture ou choix de livres pour lire pendant les vacances. J'écrivais avant de m'auto-interrompre que j'aimais bien Alain Mabanckou. Je l'ai lu plusieurs fois avec des bonheurs divers : les très bons Black bazar et Tais-toi et meurs et le moins captivant Demain j'aurai vingt ans (d'autres aussi mais non répertoriés dans le blog, car lus avant l'ouverture d'icelui).

    Petit Piment tombe plutôt dans la seconde catégorie, les moins captivants au moins pour sa première partie. Ainsi que j'ai pu le dire plusieurs fois, je ne suis pas très amateur de l'enfant-narrateur qui permet selon moi de passer quelques faiblesses voire quelques facilités. Malgré mes réticences, en général, Alain Mabanckou passe l'écueil haut la main. Là, je dois avouer que je m'ennuie un peu beaucoup. Je ne retrouve pas la langue truculente de l'auteur ; c'est bien écrit, certes, mais un peu fade. Cette première partie traîne en longueurs, la description de la vie à l'orphelinat aurait pu être plus vive, plus dynamique ; l'auteur tourne en rond, se répète et nous on n'avance pas. Il faut attendre la seconde partie du roman pour qu'enfin il prenne une autre dimension, c'est un peu tard, on est déjà à la page 170 sur 270, mais ne boudons pas notre plaisir : Moïse devenu Petit Piment se lie d'amitié avec Maman Fiat 500 une maquerelle de Pointe-Noire, puis à la suite d'une opération "Pointe-Noire sans putes zaïroises", le bordel est détruit et Petit Piment se retrouve seul et erre totalement désemparé pour ne pas dire carrément barge. Et là, enfin, le récit devient intéressant. Alain Mabanckou donne libre cour à son imagination, retrouve allant, rythme et vivacité. Et ce roman qui débute poussivement finit en beauté avec une centaine de pages réjouissantes. Mon conseil à l'auteur : "Alain, lâche-toi, c'est vachement bien quand tu le fais, ne réprime pas tes pulsions d'auteur à l'imagination fertile. Sois cool, laisse-toi aller !"*

    *Qu'Alain Mabanckou veuille bien m'excuser cette familiarité tant dans le tutoiement que dans les conseils d'un simple lecteur à lui, l'écrivain talentueux couronné de prix..


  • 2 septembre 2015

    Coup de coeur d'Aurélia

    Le sort s'acharne sur celui qu'on appelle Moïse : orphelin, il devient voyou de rue et connaît la misère et la faim. Jusqu'à sa rencontre avec Maman Fiat 500 qui lui laisse entrevoir le bonheur. C'était sans compter sur sa mauvaise étoile...
    Personnages hauts en couleurs et rebondissements sont au rendez-vous !

    Alain Mabanckou renoue avec sa ville natale, Pointe-Noire au Congo, et dénonce subtilement l'arrivée des Communistes au pouvoir (la "Révolution socialiste scientifique").

    Un auteur francophone à découvrir absolument.

    Un régal !

    Aurélia


  • par (Libraire)
    17 août 2015

    Savoureux !

    "Petit Piment" est un savoureux mélange de joyeuseté et de gravité. Alain Mabanckou y déploie toute son habileté littéraire dans les rues de Pointe Noire au Congo avec le personnage de Petit Piment, jeune orphelin dégourdi et malicieux. C'est une relation à l'Afrique et de l'Afrique, grave, facétieuse et lumineuse qui stimule l'imaginaire du lecteur. C'est un enchantement littéraire fait de situations désastreuses traversées par Petit Piment aussi bien que cocasses et insolites, drôles. Petit Piment est un personnage attachant, épris de liberté et d'affection qui lui manquent cruellement. sachant toujours rebondir, plein de vivacité et de lumière.


  • par (Libraire)
    9 août 2015

    Petit piment est un jeune orphelin de Pointe-Noire scolarisé dans une institution catholique placée sous l'autorité abusive et corrompue de Dieudonné Ngoulmoumako. Petit piment est le sobriquet du très long patronyme que lui a attribué Papa Moupelo, le prêtre de l'établissement. Il devient ami avec Samuel. Niangui, un membre du personnel, le protège de la colère et la violence du directeur. Arrive bientôt la révolution socialiste, il en profite pour s'évader avec des jumeaux, abandonnant ainsi son meilleur ami, qui refuse de le suivre. Il commet quelques larcins et doit se réfugier chez Maman Fiat 500. Il semble revivre dans cette maison close où il rend quelques services. Mais Petit Piment n'en a pas fini avec toutes les épreuves qu'il va devoir affronter.
    Au fil d'un récit enjoué, faussement naïf et touchant, Alain Mabanckou nous invite à observer ce jeune garçon en train de grandir.