• Conseillé par (Libraire)
    19 août 2015

    James Bond au pays de la linguistique

    Paris 1980, Roland Barthes vient d'être victime d'une tentative de meutre : il aurait découvert la septième fonction du langage... et nous voilà embarqués dans la valises d'un vieux flic assisté d'un jeune prof de linguistique à bord d'un magnifique OVNI, cours de sémiologie, enquête effrénée, fresque d'une époque et satire de la vie intellectuelle française.
    C'est irrévérencieux, drôle, instructif et très addictif. Une expérience littéraire très réussie!


  • Conseillé par
    5 novembre 2015

    enquête, linguistique

    Je retrouve avec plaisir la plume de l’auteur de HHhH, que j’avais beaucoup aimé.

    Que dire de ce roman foisonnant qui n’ai déjà été dit ? Je me suis replongée dans mes années de fac en compagnie des idées de Roland Barthes, et j’ai découvert les personnalités de Foucault, Sollers et Kristeva. Enfin, les personnalités passées par l’imagination de l’écrivain.

    Un roman qui nous replonge dans les années 1980, juste avant l’élection présidentielle.

    Le Logos Club, dont j’ai trouvé l’idée originale, m’a moins parlée.

    J’ai également rencontré Giscard et Mitterand dans l’intimité, ou presque.

    Quant au personnage de l’enquêteur et de son acolyte, je les ai adorés.

    Mais je suis un peu triste en refermant ce roman, car au fond, peu importe qui a tué Roland Barthes. Quel dommage…..

    L’image que je retiendrai :

    L’auteur se venge-t-il de Philippe Sollers en lui réservant le sort qui est le sien en fin de roman ?

    http://alexmotamots.wordpress.com/2015/10/28/qui-a-tue-roland-barthes-laurent-binet


  • 22 août 2015

    25 Février 1980, ROLAND BARTHES est renversé sur un passage clouté à Paris. Accident ? Non. Assassinat ? Oui, car il transportait un document confidentiel sur la 7° fonction du langage (après les 6 décrites par Jacobsen) et celui-ci a disparu lors de l’accident. Et cette 7° fonction intéresse beaucoup de gens puisqu’elle permet de convaincre n’importe qui de n’importe quoi. Le commissaire J Bayard et le sémiologue Simon Herzog enquêtent, notamment parmi la crème du milieu intellectuel français (DERRIDA, FOUCAULT, les philosophes…) : lors de celles-ci ils découvrent l’existence d’une société secrète, le Logos Club. Roman très vivant, alerte, drôle qui nous plonge dans les années 80 au milieu des intellectuels.